Le médicament

I. Définition

Réglementaire

"On entend par médicament tout substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives, à l'égard des maladies humaines ou animales, ainsi que tout produit pouvant être administré en vue d'établir un diagnostic médical, de restaurer ou de modifier une fonction organique" (art. L. 511 du Code de la santé publique)

Pharmacologique

Un médicament est constitué d'un principe actif et d'une ou plusieurs substances inertes adaptées à la voie d'administration à laquelle il est destiné et que l'on appelle excipient

Substance active présente à une concentration donnée = dosage

La substance active possède des propriétés pharmacologiques qu'elle exerce sur une cible organique ou fonctionnelle, d'où résulteront les indications thérapeutiques

 

II. Les dénominations

Les substances actives

Dénomination chimique: toutes les molécules sont décrites par leur structure chimique. Les médicaments sont rarement nommés de cette manière dans l'usage commun

Exemple: acide acétylsalicylique

Dénomination commune internationale: nom scientifique de la substance active. La molécule est connue de tous par ce nom.

Exemple: aspirine

Le médicament commercialisé

Nom que le laboratoire a donné au conditionnement de la substance active = nom de la "boîte" pas celui de la substance active

Nom suivi soit d'une étoile, soit d'un R dans un cercle ®, montre par ce signe que laboratoire est propriétaire de ce nom

Exemple: Aspégic®

 

III. Les principales catégories de médicaments

La spécialité

C'est un médicament préparé par un laboratoire. Il est présenté sous un conditionnement particulier, avec un dosage précis, destiné à une voie spécifique, et caractérisé par un nom de fantaisie.

Sur la boîte figurent plusieurs élements:

  • la formule
  • le "carré" (couleur du cadre correspond à la liste de substances vénéneuses à laquelle appartient le médicament)
  • son nom et son dosage
  • la date de péremption
  • le numéro de lot
  • le prospectus
  • le code CIP (code interprofessionnel pharmaceutique) et le numéro d'AMM (autorisation de mise sur le marché)
  • la vignette
  • le nom du laboratoire
Les génériques

Il s'agit de médicaments dont la licence de fabrication date de plus de vingt ans, donc tombés dans le domaine public

Le nom de médicament ne pourra pas être un nom de spécialité

La boîte porte le nom de la substance active suivi du nom de laboratoire

Les médicaments hospitaliers

Les médicaments réservés à l'usage hospitalier: certaines spécialités ou substances actives sont présentées sous des formes et des conditionnements dits "agréés collectivités publiques"

Les médicaments à prescription initiale hospitalière: ces médicaments doivent avoir une première prescription émanant d'un service hospitalier (c'est le cas des médicaments du sida)

Les médicaments à surveillance particulière: l'AMM des ces médicaments stipule qu'un certain nombre d'examens, selon une périodicité déterminée, doivent être effectués en raison de la gravité des effets secondaires qu'ils procurent

Les médicaments avec autorisation temporaire d'utilisation (ATU): ils permettent d'utiliser à l'hôpital des médicaments n'ayant pas encore obtenu d'AMM

Les préparations hospitalières: la pharmacie centrale des hôpitaux met à disposition des préparations ou des conditionnements destinés à être utilisés dans les services

 

IV. Les voies d'administration du médicament

Définitions

La voie d'administration: c'est le chemin qu'emprunte le médicament pour pénéter dans l'organisme vers la circulation sanguine ou pour agir localement

Les formes médicamenteuses: la présentation du médicament

La voie orale

La voie la plus couramment utilisée

Le médicament est pris par la bouche, emprunte la voie digestive, traverse la barrière intestinale pour passer dans le sang

Ses avantages sont un coût faible et une facilité de maniabilité

Les inconvénients relèvent de l'interférence du médicament avec l'appareil digestif (irritation du tube digestif, altération des principes actifs par les sécrétions gastriques, goût désagréable, impossibilité d'administration à un comateuaux ou un nouveau-né)

La voie parentérale (ou injectable)

Elle correspond au passage du médicament à travers la peau, directement vers la circulation générale, à l'aide d'une seringue et d'une aiguille

Voie intradermique, voie sous-cutanée, voie intraveineuse directe ou par perfusion, voie intramusculaire

Par la voie injectable, le médicament est directement disponible, sans avoir à subir l'effet de premier passage dans le foie

C'est la seule voie disponible pour les personnes ne pouvant pas avaler. Par la voie intraveineuse, l'action est rapide et l'organe ciblé est atteint rapidement. C'est la voie de l'urgence.

Néanmoins, par les voies intramusculaire et sous-cutanée, les effets sont retardés et progressifs

La voie transmuqueuse

Le médicament est déposé sur la muqueuse et l'action recherchée est locale

Lorsque la substance active va au-delà de la muqueuse, elle passe dans la circulation générale et possède alors une action systémique

Exemples: voie sublinguale, voie rectale, voie oculaire, voie vaginale, voie pulmonaire, voie ORL

La voie cutanée

C'est sur ou à travers la peau que le médicament peut agir

Exemples: les crèmes, la pommade, les lotions ou solutions pour usage externe, les dispositifs transdermiques ou patchs

 

V. La classification des médicaments

Les médicaments sont classés par regroupement de propriétés identiques

  • Classification par spécialité médicale
  • Classification par action thérapeutique
  • Classification par propriétés pharmacologiques
  • Classification par structure chimique
  • Classification par mécanisme d'action
Exemple de classification d'un médicament

Cardiologie (spécialité médicale)

Antihypertenseur (famille thérapeutique)

Vasodilatateur (propriété pharmacologique)

Inhibiteur de l'enzyme de conversion, ou IEC (classe pharmacologique, par mécanisme d'action)

IEC du type nifédipine (DCI) (famille chimique)

Nifédipine (substance active)

Adalate® (spécialité)

Nifédipine + nom du laboratoire (générique)

 

VI. Conduite pratique

En cas de doute, on aura recours, tout d'abord, au prescripteur et, en son absence, à un dictionnaire des mdicament ou au pharmacien hospitalier pour:

  • vérifier la correspondance entre la DCI et la spécialité
  • s'informer sur les indications du médicament
  • connaître les modes d'utilisation
  • détecter les interactions médicamenteuses et les contre-indications d'emploi
  • prévoir les effets secondaires
  • établir un schéma de conseil en fonction du médicament

Résumé du Chapitre 1 - Le médicament de "Pharmacie & surveillance infirmière"

→ Télécharger la fiche

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau